Mouna Zaïri,  doctorante à l’UMR Ambiances Architectures Urbanités, équipe CRESSON, soutiendra sa thèse de doctorat intitulée :

L’ambiance comme enjeu politique  dans l’espace public de Tunis lors du processus révolutionnaire

Thèse dirigée par Henry TORGUE et Jean-Pierre PÉNEAU préparée au sein du Laboratoire CRESSON, UMR CNRS-MCC 1563 Ambiances architecturales et urbaines, ENSA Grenoble
et de l’Equipe de Recherche sur les Ambiances ERA, ENAU,Tunis dans les Écoles Doctorales 454 Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire et ED Sciences et Ingénierie Architecturales

jury composé de :

Madame Anne RAULIN – Professeur des Universités, Université Paris Ouest Nanterre, Rapporteur
Monsieur Frédéric POUSIN – Directeur de recherche au CNRS, UMR AUusser 3329, Rapporteur
Monsieur Henry TORGUE – Ingénieur de recherche, CRESSON, ENSAG, Directeur de thèse
Monsieur Jean-Pierre PÉNEAU – Professeur émérite, Professeur visiteur à l’ENAU, Directeur de thèse
Monsieur Jean-Paul THIBAUD – Directeur de recherche au CNRS, CRESSON, Examinateur
Monsieur Fakher KHARRAT – Maître de Conférences, ENAU, Examinateur
Monsieur Marc CRUNELLE – Professeur Honoraire, Faculté d’architecture de l’Université de Bruxelles (ULB), Examinateur

RESUME

Cette recherche questionne le partage de l’ambiance urbaine par le biais du climat politique. Menée tout au long d’une période exceptionnelle de l’histoire de la Tunisie, elle interroge l’impact de la révolution tunisienne sur le partage du sensible dans l’espace public urbain.

Ce travail repose sur l’hypothèse qu’il y a une mutation ambiantale, engendrée par le processus révolutionnaire, qui s’opère dans l’espace public urbain de Tunis et dont découle de manière sous-jacente un nouveau partage du sensible. Une question fondamentale se pose alors: Quel rôle joue la situation politique dans la définition et la caractérisation de ce nouveau partage su sensible ?

Pour répondre à cette interrogation, nous avons mis en place une méthodologie pluridisciplinaire (approche sensible et qualitative in situ tel que le parcours commenté, la réactivation par l’image,… et une documentation bibliographique sous divers formats tels que les documentaires, les films, les journaux, les ouvrages,…) appliquée à des tissus urbains aux configurations spatiales et aux compositions sociales différentes, mais tous situés dans le Grand Tunis.

Au terme de cette recherche, nous avons pu relever une territorialisation des comportements urbains où le facteur politique intervient directement pour définir autant le domaine du permissif que de l’interdit dans l’espace public.
Ainsi, l’ambiance urbaine n’est pas seulement témoin d’un bouleversement politique, elle en est aussi le porteur et l’enjeu. En mettant au jour ce qui est possible de faire ou de ne pas faire dans l’espace public, elle devient l’objet de la lutte politique. MOTS CLES: Ambiance urbaine, Politique, Partage, Sensible, Révolution

ABSTRACT

This research questions the sharing of urban atmosphere through the political climate. Conducted throughout an exceptional period in the history of Tunisia, it questions the impact of the Tunisian revolution on sharing of sensitivity in urban public space.

This work relies on the assumption that there is a mutation in the urban atmosphere, caused by the revolutionary process taking place in the urban public space of Tunis, which follows sounder lying a new distribution of the sensitive. A fundamental question arises: What role has the political situation in the definition and the characterization of this new sharing of sensitive?

To answer this question, we have set up a multidisciplinary methodology (qualitative and sensitive approach in situ as the course commented, reactivation by the image … and bibliographic documentation in various formats such as documentaries, movies, newspapers, books, …) applied to urban space with different features and different social compositions, but all located in the Greater Tunis.

After this research, we were able to identify a regionalization of urban behavior where the political factor intervenes directly to define as the field of permissive than the forbidden in public space.
Thus, the urban atmosphere is not only witnessed in political upheaval, it is also the carrier and the challenge. By uncovering what is possible to do or not to do in public space, it becomes the object of political struggle.