090-icone

Rapport de recherche N°90 – (( + audio))

Les collectifs de jardins potagers installés aux abords d’infrastructures de transport, en même temps qu’ils se confrontent à des conditions difficiles et font preuve d’une résistance surprenante, créent des milieux spécifiques et portent des services inattendus. Pour explorer leur avenir dans la ville contemporaine, faisant suite aux précédents travaux menés sur leurs qualités d’ambiances et leur rôle écologique, nous poursuivons dans ce second volet les investigations en incluant les questions de pollution et les conditions de faisabilité urbaine.
L’objectif est de mettre à jour et d’énoncer des critères à partir de la connaissance des situations étudiées et des modalités de transformation spatiales qui semblent émerger.
Les critères transversaux et les leviers d’action définis à l’issue de ce travail visent à aider ces projets et à les mettre en discussion. Les terrains français (situés essentiellement en Ile-de-France pour la présente recherche) sont confrontés à d’autres situations, l’une européenne (Lisbonne), l’autre nord-américaine (San Francisco).
Ces situations de confrontation entre infrastructures de transport et jardins cultivés amènent à se demander plus largement s’il est possible de concevoir la ville, plus globalement l’espace urbanisé et circulé, en incluant une composante agricole installée dans certains de ses interstices ?

Chercheurs : Grégoire Chelkoff, Magali Paris, Sylvie Laroche, Théo Marchal

Collaborations : Equipe Ecologie (Urban-éco) : Marine Linglart
Equipe Pollutions : Philippe Branchu, Guillaume Coulbaux, Laurent Meffray, Jean-François Petit (Cerema Ile-de-France) Nassim Yelles-Chaouche (Cerema Nord-Picardie)
Equipe projet urbain : Astrid Tanguy, Mélanie Belot, Benjamin Legret, Isabelle Fordin
Equipe Lisbonne : Pedro Pacheco, Gonçalo Golaio, Miguel Madeira
Equipe San Francisco : Sasha Duerr Fossel, Laurin Guthrie

Recherche : ADEME