PROSECO vise à apporter des éléments de compréhension sur la place du sensible dans l’ensemble du processus de production des espaces publics urbains (allant de la commande au design et la réalisation, jusqu’à l’expérience, l’usage et l’appropriation des espaces).

En ce sens, le projet se structure autour de 2 axes. Le premier vise à questionner la mobilisation du sensible à la fois dans la formulation des besoins (auprès donc de la maîtrise d’ouvrage) et dans la conception/réalisation (auprès donc de la maîtrise d’œuvre) des espaces publics. Dans ce cadre, il s’agit d’interroger les conditions (économiques, politiques, stratégiques, humaines…) et les enjeux de la mobilisation du sensible dans la commande (participation, attractivité…), le design et la réalisation des espaces publics. Il s’agit aussi de comprendre les spécificités qu’apporte la mobilisation du sensible dans le processus de conception, ainsi que les valeurs qu’il sous-tend. Le deuxième axe vise à analyser des expériences sensibles de ces espaces publics selon trois perspectives : (1) comprendre l’expérience sensible, esthétique et affective de ces espaces ; (2) interroger les enjeux socio-politiques des espaces publics contemporains issus de ces expériences (influence sur les choix quotidiens comme par exemple de déplacement ou encore résidentiels ; exclusions/inclusions…) ; (3) questionner la « capacité » politique du sensible par une mise en perspective/tension des représentations institutionnelles et celles « ordinaires » des espaces  publics.

Dans le cadre du financement IDEX/IRS, il s’agira de réaliser une enquête exploratoire sur un terrain de la région grenobloise ayant fait l’objet d’un projet récent, mettant en avant et en œuvre des enjeux participatifs. Il s’agira dans ce cadre de tester la démarche méthodologique d’ensemble et de consolider la problématisation afin de préparer un projet de recherche de plus grande envergure.

Équipe de recherche :

CRESSON/UMR AAU

  • Laure Brayer (chercheure au CRESSON/UMR AAU)
  • Rainer Kazig (CR CNRS au CRESSON/UMR AAU)
  • Sylvie Laroche (Chercheure au CRESSON/UMR AAU)
  • Théa Manola (MCF à l’ENSAG et chercheure au CRESSON/UMR AAU)
  • Rachel Thomas (CR CNRS au CRESSON/UMR AAU)

UMR PACTE :

  • Nathalie Audas (MCF à l’IUT de Grenoble et chercheure à l’UMR PACTE)
  • Federica Gatta (MCF à l’IUGA et chercheure à l’UMR PACTE)
  • Silvère Tribout (MCF à l’IUGA et chercheur à l’UMR PACTE)