La question de l’accessibilité des espaces urbains pour les personnes à mobilité réduite et les personnes âgées se pose avec de plus en plus d’acuité. Dans un contexte mondial de vieillissement de la population et d’attention croissante au problème de sécurité des déplacements des piétons âgés en ville, nous nous intéressons à la perception altérée des ambiances sonores urbaines par les personnes âgées atteintes de presbyacousie lors de leurs parcours dans la ville. Ce travail à visée opérationnelle est composé de trois parties.

Tout d’abord nous identifions les configurations urbaines dans lesquelles des situations de danger rencontrées par les personnes âgées presbyacousiques apparaissent pour le registre du sonore. Cette identification est basée sur la notion des scénario-types d’accidents.

Nous construisons ensuite un protocole expérimental corrélant des données qualitatives issues de parcours commentés, des mesures physiologiques du niveau de stress engendré lors de la traversée des configurations précédemment identifiées et un traitement physique du signal sonore. Ce traitement se décline sous plusieurs représentations graphiques permettant de détecter en deux dimensions ces situations de danger : l’évolution temporelle du son, les sonagrammes, les « textures audio » et les images segmentées qui en découlent. La superposition de ces différents niveaux de lecture des ambiances sonores urbains perçues par les personnes âgées presbyacousiques vise à rendre compte de leur complexité suite à cette perception altérée.

Enfin, dans la troisième partie de cette recherche, notre double objectif est d’enrichir la traduction graphique de la dimension sonore en ville telle qu’elle est perçue par une personne âgée presbyacousique et de proposer l’esquisse d’un cahier des charges regroupant des dispositions et dispositifs palliatifs à l’apparition de ces situations de danger en ville pour cette catégorie de citadins afin de leur garantir un usage serein de l’espace urbain.