Le projet de thèse porte sur une analyse des pratiques de l’aménagement du territoire, dans une perspective comparative sur trois territoires : le pays de Brest (400 000 habitants), la communauté métropolitaine de Québec (726 000 habitants) et la région urbaine nanto-nazairienne (800 000 habitants). Il s’agit de mettre en perspective les espaces périurbains en envisageant les ressorts des programmes d’urbanisation, à partir d’une analyse théorique, mais aussi d’une observation appliquée dont une originalité repose dans le choix d’une approche comparative.

C’est autour de questions à la fois urbanistiques et anthropologiques que ce doctorat va se concentrer. Le périurbain est-il le symbole d’une urbanité en crise ou au contraire un signe de résilience. Comment approcher la vie locale et les modalités du « vivre-ensemble » sous condition périurbaine ? Quels engagements les habitants ont-ils dans la vie collective locale ? De quels espaces collectifs jouissent-ils ? Comment mieux caractériser les cultures périurbaines ?…