A l’heure de l’incertitude économique, écologique, politique, les enjeux autour de la question »périurbaine » semblent modifiés. En effet, l’incertitude urbaine conduit à un changement de paradigme qui voit aujourd’hui des acteurs de la fabrique territoriale (architectes, urbanistes, aménageurs, chercheurs…) se repositionner sur la question « périurbaine ». Le focus longtemps opéré sur le « projet urbain » et les opérations de renouvellement urbain laisse à penser que l’espace périurbain (territoires de l’entre1, zwischenstadt2, ville diffuse3…) se construirait sans régulation, voir resterait impensé. Or, les débats récents démontrent que ces territoires font l’objet d’une réflexion, en témoignent les travaux annonçant le passage de la ville verticale à la ville horizontale4, la publication du rapport de Frédéric Bonnet sur « Aménager les espaces ruraux et périurbains » ou encore le développement de studios de projets évoluant dans le périurbain.

Au-delà de l’injonction d’un développement plus durable de ces territoires, les défis ici relèvent aussi bien de la nécessité d’une meilleure compréhension des périurbains que d’un ressaisissement de cette question au prisme du projet. Ainsi, les acteurs de la fabrique territoriale sont amenés à revoir les stratégies de projet mais aussi de prospective, à repenser les logiques d’échelles territoriales et surtout à produire au-delà du récit, du projet avec les habitants.

Ce travail fait l’hypothèse que par le projet, par des situations de projets appréhendées de l’intérieur, par l’expérimentation de la condition de l’architecte/urbaniste qui fabrique du projet en agence, du chargé de mission, le projet constitue un moyen de renouveler les connaissances sur le périurbain. Il constitue un matériau inédit collecté lors de situations de projets à observer mais aussi par le faire, questionnant ainsi le rôle du praticien réflexif. Le contexte de la CIFRE, à l’ADDRN, permettra au doctorant de développer en immersion, une analyse fine des modes de production du périurbain par le projet et à travers différentes méthodologies, de l’enquête ethnographique à la recherche-action.

Prenant pour contexte d’étude le littoral ouest atlantique, de la Vilaine à Pornic, il s’agira d’identifier des figures périurbaines, potentiels territoires de projet. Nous nous intéresserons également aux acteurs de projets dans le périurbain sous l’angle de la circulation des pratiques et des modèles ainsi que sur les modes de gouvernance mis en place. Enfin, nous questionnerons le rôle de la mise en place de « démonstrateurs, formes construites ou non, permettant de faire médiation entre les différents acteurs du « périurbain ».

Mots clés : Périurbain – Projet – Gouvernance – Figures – Démonstrateurs – Acteurs – Littoral

1 Martin Vanier dans son ouvrage Le pouvoir des territoires, essai sur l’interterritorialité prône une analyse de « l’entre » notamment en étudiant les relations d’interdépendances de ces territoires et leurs expressions politiques.
2 SIEVERTS, N. 2004, Entre‐ville : Une lecture de la Zwischenstadt, Parenthèses
3 Concept développé par Francesco Indovina et Bernardo Secchi dans les années 1990 à partir d’une analyse de l’aire métropolitaine de Venise.
4 Concept développé par Paola Vigano et Bernardo Secchi notamment lors des ateliers du grand paris et que l’on retrouve dans leur ouvrage La ville Poreuse, un projet pour le grand paris, 2011, MétisPresses