Le lien entre territoires urbanisés et espaces naturels est sujet à une réflexion constante du fait de facteurs démographiques, climatiques et spatiaux en rapide évolution. En effet, pour lutter contre une urbanisation horizontale des territoires naturels incohérente avec la croissance de la population, contre les gaz à effet de serre et pour la préservation de la biodiversité, l’intégration de la nature en ville apparaît comme une nécessité et son application concrète se doit aujourd’hui d’être réfléchie et expérimentée à travers des projets d’échelles et de typologies différentes.
Parmi ces expérimentations, l’application et la mise en valeur de trames verte et bleue, de tailles et de typologies variées (parcs, promenades, rivières…), en zones urbaines permet de redonner de l’importance à la place de la nature en ville en mettant en avant la longévité de la présence de celle-ci.
Ainsi, l’impact actuel de ces trames verte et bleue sur nos modes de vie, associé à l’analyse des effets positifs et négatifs du cheminement passé ayant amené à ces dispositifs contemporains, peut permettre à nos concepteurs de déterminer la manière d’intégrer la nature en ville à adopter dans un futur proche afin de répondre harmonieusement aux problématiques soulevées plus haut.
Les travaux de cette thèse visent à identifier la teneur de ces effets sur notre société en étudiants plusieurs cas de trames verte et bleue parmi des typologies différentes. Chaque cas est analysé selon trois approches : temporelle, spatiale et de pratiques. Ainsi seront exposées de façon plus claire les évolutions des lieux étudiés dans le temps, les raisons de leurs métamorphoses spatiales et les influences positives et négatives sur les usagers.

Pour cela, un premier volet traitera du cas du parc de Bercy. Un second volet traitera de la promenade verte. Ces deux études seront ensuite comparées et mises en parallèle avec le cas de la High Line de New York, autre incarnation de la TVB qui adapte des dispositifs modernes à une structure ancienne.

Mots clés :
ville dense, étalement urbain, fragmentation, transition, prospective, nature, biodiversité, trame verte-bleue, parc, promenade plantée, usages

The ecological corridors (green wefts, blue wefts): an urban and environmental transition?

The link between urbanized areas and natural areas are subject to constant reflection because of demographic, climate and spatial factors in rapid evolution. Indeed, the fight against horizontal urbanization of incoherent natural territories with the growth of the population, against greenhouse gases and to the preservation of biodiversity, the integration of nature in the city appears as a necessity and its application concrete must now be considered and experienced through projects of different scales and typologies. Among these experiments, application and development of green and blue frames of various sizes and types (parks, promenades, rivers ...) in urban areas gives new importance to the place of urban nature highlighting the durability of the presence thereof. Thus, the current impact of such green and blue frames on our lifestyles, combined with the analysis of positive and negative effects of the past path that led to these contemporary devices, can allow our designers to determine how to integrate nature in the city to adopt in the near future to seamlessly address the issues raised above. The work of this thesis aim to identify the content of these effects on our society students several cases of green and blue frames among different typologies. Each case is analyzed according to three approaches: temporal, spatial and practices. As will be shown more clearly the evolution of the places studied in time, the reasons for their spatial transformations and the positive and negative influences on users. For this, a first part will deal with the case of the Bercy Park. A second part will deal with the green walk. These two studies will then be compared and in parallel with the case of the High Line in New York, another incarnation of TVB that fits modern devices to an old structure.