• Partenaires : Lorient Radu, Anne Faure (ENSA Grenoble), Florence Ineichen (historienne de l’art, médiatrice culturelle), Catherine Grout (ENSA Lille), Philippe Rham (architecte).
  • Pour AAU-CRESSON : Grégoire Chelkoff

Durée du projet : 3 ans

Le projet « Situations sensibles » propose de porter un regard sur certains types d’espaces agencés par le bâti, mais des lieux et places non planifiés (dans le sens d’un plan directeur urbain), qui ne sont a priori pas conçus pour leur valeur visuelle, comme les « coulisses » ou les « arrière-cours ».

Il s’agit aussi de repérer des modifications au gré de démolitions et transformations, mettant subitement à nu des murs et espaces, faisant apparaître vides et interstices. Les murs contigus, le dégagement, le contraste avec l’alignement des bâtiments, l’usage qui est fait de la parcelle ouverte, son occupation par divers objets créent à chaque fois un contexte particulier.

Zones aveugles parce que peu valorisées, encore moins « esthétiques », ces lieux sont souvent ignorés ou évités du regard. Le projet de recherche « Situations sensibles » entend ainsi se focaliser sur ces ambiances de qualité moindre ou d’usage négligé. Elles sont en effet inhérentes à l’urbanité, produites par la densité, mais souvent en marge de l’image de la ville.

Il s’agit en l’occurrence de leur redonner une visibilité, de réhabiliter leur singularité: investir des lieux avec des stratégies esthétiques renforçant, transformant ou valorisant leur potentiel.

Les phases du projet se font selon 3 ateliers : enquêtes de terrain, expérimentations, transcription-publication et exposition.