AAU s’est lancé depuis le milieu des années 2000 dans le mouvement en faveur du libre accès à la littérature scientifique via l’archive ouverte institutionnelle HALSHS. Depuis janvier 2020, le règlement intérieur du laboratoire mentionne l’obligation de déposer dans les collections HAL AAU toute publication issue de ses membres.

A partir de 2016 et de la publication de la Loi pour une République numérique, de nombreuses actions de sensibilisation auprès des chercheur.e.s ont été mises en œuvre : enquête d’usages, journée d’études sur les questions éthiques, formation Opidor Tour, journées Médici sur l’édition en contexte Science ouverte.

 

Engagement pour la Science ouverte


L’engagement du laboratoire AAU s’appuie sur trois axes :

1. AAU soutient l’archive ouverte HAL

AAU souhaite rendre obligatoire auprès de ses membres le dépôt du texte intégral des articles de revues, dans le cadre juridique favorable de la Loi pour une République numérique d’octobre 2016. Il peut être effectué dans les 6 mois pour les STM (sciences, techniques et médecine) ou 12 mois pour les SHS (sciences humaines et sociales), à compter de la date de la première publication par l’éditeur.

Pour les dépôts de chapitres d’ouvrages ou d’articles de colloques, il convient de se rapprocher des éditeurs d’ouvrages ou des organisateurs de colloques afin de recueillir leur accord.

Dans la lignée de la feuille de route du CNRS, le laboratoire se donne l’objectif de 100% d’articles de revues en libre accès d’ici 2025, soit par le fait de l’éditeur, soit par l’accessibilité aux fichiers via l’archive HAL, soit les deux.

Cet objectif répond également aux exigences des principales agences de financement, ANR et Horizon Europe, qui imposent le libre accès aux articles de revues issus des recherches qu’elles financent ainsi que le dépôt des données associées autant que possible.

2. AAU favorise un accès ouvert aux publications scientifiques qui encourage la bibliodiversité et l’innovation

L’intégrité et la valeur scientifique reposent sur le peer reviewing. AAU ne prend pas en charge les frais de publication sous forme d’APC (article processing charges – frais demandés parfois à l’auteur·rice pour publier en open access) et rejette le modèle hybride (revues sous abonnement qui proposent des frais de publication pour publier en open access des articles individuels).

AAU est un laboratoire multidisciplinaire dont les membres publient à parts égales dans des revues scientifiques, des ouvrages collectifs et des actes de conférences. AAU reconnait l’importance des ouvrages au regard des critères de reconnaissance symbolique de ses domaines de recherche.

AAU souhaite une prise en compte de l’ensemble de ses résultats dans leur diversité, leur qualité et leurs impacts attendus ou observés, dans le cadre des recommandations de la Déclaration de San Francisco. Les actualités sur les publications du site AAU témoigne de cette pluralité éditoriale.

3. AAU accompagne ses membres dans la rédaction de plans de gestion des données

Le plan de gestion des données (PGD) est un document qui précise :

  • la gestion des données de la recherche pendant et à l’issue du projet ;
  • quelles données vont être collectées ou générées ;
  • si elles seront en libre-accès et comment ;
  • comment ces données vont être archivées et conservées.

Prendre en compte la question des données personnelles

Pour s’engager dans les principes d’ouverture par défaut des données de recherche mais également pour répondre aux règles qui s’appliquent pour la protection des données personnelles ou des données relevant du droit d’auteur, une appropriation collective du Règlement général sur la protection des données (RGPD) est à l’œuvre dans les équipes avec l’aide du Délégué à la protection des données (DPO) nommé pour le laboratoire.

Adapter un Plan de Gestion des Données à nos disciplines

De nombreuses agences de financement de la recherche, dont l’Agence nationale de la recherche (ANR), demandent désormais la fourniture d’un plan de gestion des données à 6 mois puis au terme du projet. AAU souhaite personnaliser ces modèles dans le cadre de sa politique, en les enrichissant par des exemples et recommandations adaptés à son environnement de recherche, afin que les chercheurs perçoivent ce document comme faisant partie intégrante de leurs pratiques de recherche.

Stocker de façon sécurisée

AAU impose le stockage sécurisé sur un serveur interne dédié aux données numériques et documents issus des projets de recherche.
Ce serveur est adapté aux besoins des équipes de recherche qui souhaitent stocker et partager leurs données avec une gestion d’accès. Il est également destiné aux doctorants et stagiaires qui doivent y déposer leurs données de recherche notamment avant leur départ du laboratoire.

Il est demandé à tout membre du laboratoire d’appliquer des conventions de nommage, des arborescences de dossiers, de séparer données brutes des données analysées, d’utiliser des formats ouverts et pérennes.

Sélectionner pour archiver durablement et partager

AAU invite tout porteur de projet à anticiper son projet d’archivage en relation avec l’équipe support du laboratoire et l’appui de la TGIR Huma-Num et/ou Huma-Num Loire. Pour ce faire, les membres du laboratoire pourront s’inspirer du tableau de gestion des archives historiques du laboratoire qui détermine leur règle de conservation et d’élimination pour le versement aux Archives départementales.

Le projet d’archivage sera analysé et préparé en amont de la recherche afin d’organiser les données, de décrire le type de données (métadonnées), les formats, la volumétrie, la durée d’archivage, les droits associés, en suivant les recommandations sur les formats proposés par la TGIR Huma-Num en lien avec le CINES. Ce projet garantira l’intégrité, la lisibilité, l’intelligibilité des données en fonction du projet de recherche dans le cadre duquel elles ont été produites et des objectifs du déposant. Huma-Num attribue des identifiants pérennes aux données qui faciliteront leur accessibilité et leur citabilité.

 

 

Le baromètre du laboratoire AAU : un outil de pilotage de la Science Ouverte


Une des spécificités de notre baromètre est sa capacité à intégrer toutes les publications disponibles en libre accès y compris celles ne disposant pas de DOI. La collection HAL de l’UMR est l’unique base pour récupérer les références des publications publiées. L’API d’Unpaywall, pour les publications disposant d’un DOI (Digital Object Identifier), est utilisé en complément et dans un second temps pour enrichir les métadonnées : nom d’auteur, titre de la revue, éditeur, domaines et sous-domaines, date, statut open access, …

Le baromètre porte uniquement sur 4 types de publication : article de revue, communication dans un congrès, chapitre d’ouvrage et direction d’ouvrage. L’ensemble des publications référencées a été extrait durant le mois de janvier 2022.

Les sources des données, la méthodologie et le code utilisés pour réaliser ce baromètre reprennent ceux du baromètre science ouverte proposé par l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (BSO UVSQ), développé par Maxence Larrieu, lui-même inspiré du baromètre français de la Science ouverte du MESRI (BSO MESRI). La méthode adoptée, le code développé et les résultats obtenus sont disponibles.

Le baromètre sera mis à jour annuellement.

Proportion des publications de l’UMR AAU en accès ouvert entre 2015 et 2020 mesurée en janvier 2022

L’accès ouvert totalise l’accès aux fichiers des publications par les sites éditeurs et par la collection HAL de l’UMR. Sur les presque 1500 publications publiées entre 2015 et 2020, 62% étaient disponibles en accès ouvert en janvier 2022.

Bilan 2020 - Proportion des publications de l’UMR AAU en accès ouvert en 2020 mesurée en janvier 2022

En 2020, sur presque 120 publications, le taux d’accès ouvert est de 72,2% pour les 4 types de publications, ce qui par rapport à la moyenne des 5 dernières années offre une progression de 10%. Les publications en accès ouvert par le biais des sites éditeurs doublent par rapport à cette même moyenne, passant de 4,2% à 8,3 %.

La moyenne nationale est de 62% mais ne concerne que les publications d’articles avec DOI. « Selon l’édition 2021 du Baromètre de la Science Ouverte (BSO), 62 % des 166 000 publications scientifiques françaises publiées en 2020 sont en accès ouvert en décembre 2021 » https://www.ouvrirlascience.fr/le-barometre-de-la-science-ouverte/

Nombre de publications par genre pour l’UMR AAU en 2020 mesuré janvier 2022

Dans la continuité de la ventilation des publications par genre sur les 5 dernières années, les communications dans un congrès sont majoritaires mais il est intéressant de noter que les chapitres d’ouvrage sont de plus en plus disponibles en accès ouvert. Ce chiffre est à regarder de près les années à venir avec la mise en application des nouvelles directives du Plan S, mettant en œuvre le libre accès immédiat à toutes les publications financées par les organismes de financement dont l’ANR.

Taux d’accès ouvert des publications de l’UMR AAU par domaine en 2020 mesuré en janvier 2022

Sur les 5 dernières années le taux d’accès ouvert varie entre 40 et 52 % selon les disciplines. Les publications dans le domaine informatique sont prépondérantes dans cette démarche.

Taux d’accès ouvert aux publications de l’UMR AAU par éditeur en 2020

Visualisation des 20 premiers éditeurs par quantité de publications

Nombre de publications de l’UMR AAU par domaines en 2020 mesuré en janvier 2022

Les publications déposées relèvent majoritairement du champ SHS. L’informatique est le 2d domaine pour 2020 dans la continuité des chiffres pour les années 2015-2020.

Equipe de réalisation du baromètre AAU :

  • Travail réalisé pour le laboratoire AAU, entre septembre et décembre 2021, par les étudiants Alan Roussel et Alexandre Bodet avec l’aimable complicité de Maxence Larrieu.
  • Ce travail a été soutenu le 7 janvier 2022 dans le cadre d’un cours de l’option informatique de l’Ecole Centrale de Nantes, encadré par Myriam Servières.
  • Suivi : Laurence Bizien, Laurent Charrieau, Véronique Dom.

La méthode adoptée, le code développé et les résultats obtenus sont disponibles sur la plateforme Github.

Les références essentielles sur la science ouverte

Plans, lois, déclarations : y voir plus clair

Engagement de la tutelle CNRS

  • La science ouverte au CNRS
  • Feuille de route science ouverte du CNRS 2019
    4 axes : l’accès ouvert aux publications scientifiques, le partage des données scientifiques, le développement et la promotion d’outils pour la fouille des contenus scientifiques, et l’évaluation individuelle des chercheurs.
  • CRAC / RIBAC
    En 2020, seules les publications déposées dans HAL seront prises en compte dans le rapport d’activité du chercheur.
  • Vers une évaluation plus qualitative
    Signataire de la Déclaration de San Francisco DORA en 2018, le CNRS met en avant 4 principes d’évaluation.

Plan de gestion des données

  • Plan de gestion des données
    (LPL, intervention de C-S Donati le 02 mars 2020)
  • OPIDoR
    Optimisation du Partage et de l’Interopérabilité des Données de la Recherche
  • DMP OPIDoR
    Outils d’élaboration et de mise en pratique des plans de gestion de données
  • Cat OPIDoR
    Le catalogue des services dédiés aux données de la recherche
  • PID OPIDoR
    Attribution d’un identifiant pérenne aux données de la recherche
  • DORANum
    Données de la recherche – Apprentissage numérique
  • DataVerse
    Application Web de dépôt de données de recherche.