présentation des enregistrements

Ces enregistrements ont été réalisés avec le logiciel EsquisSons, ils illustrent & accompagnent la thèse : Ecouter l’architecture : outils numériques et conception ambiantale, la piste du sonore renouvelée

Index

1 – Effets

Illustration de certains effets sonores avec EsquisSons

Mots clefs : EsquisSons, Effet sonore, Acoustique architecturale, Solfège, Outils numériques, Aide à la conception, Espace, Architecture, Outils paramétriques

 

Réverbération / Production illustrative de l’effet de réverbération avec EsquisSons : 3 situations d’écoute / Champ libre (0’00>0’30) ; Réverbération moyenne – coeur d’ilot ouvert (0’30>1’00) ; Réverbération forte – coeur d’ilot fermé (1’00>1’30) / septembre 2021 / Théo Marchal / pas de localisation / 1min42

 

Coupure/Production illustrative de l’effet de coupure avec EsquisSons : 2 positions d’écoutes dans une configuration urbaine (boulevard et fontaine) / écoute depuis le point 1, espace ouvert (0’00>0’28) ; écoute depuis le point 2, rue à angle droit et effet de coupure (0’28>1’00) / septembre 2021 / Théo Marchal / pas de localisation / 1min

 

Masque/Production illustrative de l’effet de masque avec EsquisSons : 2 morphologies (fermée et ouverte) qui font entendre l’effet d’une source extérieure plus forte venant masquer la source intérieure / Morphologie fermée et voix qui énonce des lettres (0’00>0’28) ; Morphologie ouverte sur un fond urbain beaucoup plus fort (0’28>1’00) / septembre 2021 / Théo Marchal / pas de localisation / 1min

 

Filtre/Production illustrative de l’effet de filtre avec EsquisSons : Écoute depuis un balcon et déplacement d’une source (voix) vers trois positions (balcon adjacent, balcon en dessous, au niveau du sol) / Source sur le balcon adjacent (0’00>0’11) Source sur le balcon en dessous (0’11>0’21) Source au niveau du sol (0’21>0’32) / septembre 2021 / Théo Marchal / pas de localisation / 33s

 

Métabole/Production illustrative de l’effet de métabole avec EsquisSons : Différentes sources réparties dans un espace réverbérant et ouvert / Écoute continue (0’00>1’00) / septembre 2021 / Théo Marchal / pas de localisation / 1min

 

Distance/Production illustrative de l’effet de distance avec EsquisSons : Différentes sources domestiques, du voisinage ou de la ville à partir d’une position entre l’intérieur et l’extérieur pour illustrer les rapports possibles de proche et de lointain sonore / Écoute continue (0’00>0’46) / septembre 2021 / Théo Marchal / pas de localisation / 46s

 

Présence/Production illustrative de l’effet de présence avec EsquisSons : Une configuration spatiale simple et trois sources, puis ajout d’un dispositif spatial réverbérant et focalisant qui illustre l’effet de présence sur une voix / Configuration initiale – écoute équilibrée entre les trois sources (0’00>0’31) ; Ajout d’un dispositif spatial focalisant et réverbérant autour de la source vocale (0’31>1’02) / septembre 2021 / Théo Marchal / pas de localisation / 1min 02s

 

 

2 – Ecole d’hiver 2017

Productions issues de l’école thématique du laboratoire AAU/CRESSON « Tours et cours dans l’espace urbaine dense » (Organisateurs : Théo Marchal, Noha Said Gamal)

Mots clefs : EsquisSons, Prospective sonore, Espace sonore, Acoustique Architecturale, Outils numériques, Aide à la conception, Expérience sensible, Espace, Architecture, Outils paramétriques

 

Dynamique du présent, sonorités d’avenir / L’équipe nous fait entendre l’effet de la suppression des grilles permettant l’accès aux cours de Vigny-Musset. Elle ajoute ainsi des lieux publics ouverts qui métamorphosent l’environnement sonore des îlots. L’esquisse sonore tente de faire entendre une diminution du degré d’étanchéité entre l’intérieur des cours et la rue / Écoute continue (0’00>2’40) / Monique Bolli, Elsa Lebrun, Perrine Poupin, Xiyuan Zhang, Théo Marchal, Noha Gamal Said / Janvier 2017 / 45.166845593573186, 5.725501497887318 / 2min 40s

 

In TERRE action / Quelle prospective sonore pour le groupe scolaire Marie Reynoard situé « allée des Romantiques » à Vigny-Musset? Face à un linéaire existant qui sépare les espaces clos (cour, école), l’esquisse sonore cherche à rendre la configuration plus poreuse, offrir des espaces de sociabilité, la rendre plus sécurisée et piétonne. Cette esquisse nous amène vers des changements bucoliques qui transforment le quartier Vigny-Musset en terre, gravier et jardins partagés. L’intention est ici de travailler sur les seuils sensibles entre espace public et privé / Situation actuelle (0’00>0’51) Esquisse de la nouvelle rue piétonne (1’05>1’30) Entrée dans un coeur d’îlot articulation entre deux environnements (1’30 > 1’45) esquisse du coeur d’îlot, jardins partagés (1’45>2’30) / Abdelaziz Barkani, Sebastien De Pertat, Bastien Lambert, Ummuhan Ozturk, Théo Marchal, Noha Gamal Said / Janvier 2017 / 45.165733, 5.725518 / 2min 33s

 

Variation en suspension / La déambulation dans les deux quartiers Vigny Musset et Village Olympique a amené le groupe à comparer les environnements sonores. L’objectif est d’importer les nombreuses variations présentent à Village Olympique (vallonnements, hauteurs des tours, portes sonores) dans le quartier de Vingy-Musset / Départ de la rue Lorrenzachio et prise de hauteur sur la passerelle (0’00<1’00) Passage au-dessus de l’école (1’00>1’35) traversée d’un immeuble (1’35>2’00) traversée d’un îlot (2’00>2’18) sortie de l’îlot (2’18>2’32) Cheminement vers le parc (2’32>3’15) / Sammy Benhis, Zoé Chalaux, Jérémy Di Stefano, Fanny Kubenka, Théo Marchal, Noha Gamal Said / Janvier 2017 / 45.165407, 5.724176 / 3min 15s

 

Amers Sonores / Le travail cherche à caractériser et à marquer les lieux avec le son pour pouvoir s’orienter (comme on le ferait avec des repères visuels) / Écoute continue Avenue la Bruyère puis Allée des romantiques (0’00>3’40) / Sara Ben Romdhane, Leonard Contramestre, Bertillia de Baudinière, Théo Marchal, Noha Gamal Said / Janvier 2017 / 45.166533, 5.727791 / 3min 40s

 

Le Banc Volant / Travail sur la hauteur et la modification d’une source sonore (un jeu de ballon) avec l’outil EsquisSons dans une tour du quartier Village Olympique, puis au-dessus d’une école / Élévation de l’écoute aux différents étages de la tour au-dessus d’un ballon sans fond sonore (0’00>1’12) Prise de hauteur au-dessus d’une école + fond sonore urbain (1’13>2’38) / Marie-Caroline Conin, Laëtitia Chamekh, Sami Ramzi Chibane, Mylène Le Lamer, Théo Marchal, Noha gamal Said / Janvier 2017 / 45.160265, 5.726300 / 2min 38s

 

De la fontaine au marché / Conception d’une ballade sonore disponible sur smart phone à partir de l’esquisse sonore réalisée avec EsquisSons. Les partici- pants proposent ici un nouveau Vigny-Musset sonore en transformant les sources du quartier. Dans la maille orthogonale, le groupe veut créer des pôles sonores fort. Il propose d’implanter des sources charismatiques et de polariser la vie publique pour rendre aux cours leurs rôles d’espaces d’intimité (esquisse d’un marché, insertion d’une fontaine, marqueur sonore fort au mi- lieu d’une place, création d’une serre tropicale, etc.) / Écoute continue, balade sonore dans un quartier transformé (0’00>3’18) / Sylvain Biquand, Julie Debarbieux, Simon Thibert, Théo Marchal, Noha Gamal Said / Janvier 2017 / 45.166011, 5.726787 / 3min 18s

 

3 – Option Design Sonore et Acoustique Architecturale (2017/2018)

Productions issues du module optionnel à destination des étudiants en master 2 de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (Equipe pédagogique : Gregoire Chelkoff, Théo Marchal)

Mots clefs : EsquisSons, Prospective sonore, Espace sonore, Acoustique Architecturale, Outils numériques, Aide à la conception, Expérience sensible, Espace, Architecture, Outils paramétriques

 

Porte des berges / L’objectif de ce travail était de proposer un contraste entre l’environnement sonore côté route et celui côté place en ajoutant un dispositif faisant à la fois office de limite (physique et sensible) et de passage qui articule les deux environnements / Traversée de la « porte » du tram (ouest) vers la place (0’00>0’32) Sur la place, entre le skatepark et les jeux (0’32>1’04) Cote Skatepark (1’04>1’20) On monte en haut du dispositif (1’20>1’44) Côté jeux (1’44>2’04) On s’éloigne vers la ville à l’est (2;04>2’48)/ Nadia Castagnes, Jordan Vernizeau, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2017 / 45.19577010989, 5.7170287094316965 / 2min 48s

 

Morphologies urbaines : La place surélevée, le labyrinthe et la promenade / Le groupe a travaillé sur trois hypothèses de morphologies urbaines pour esquisser un même îlot habité afin de tester par l’écoute ces configurations qui amènent des différences à la fois sur les sons propres à l’îlot, mais aussi sur les sons environnants / Cour intérieure (0’00>0’24) Passage entre la cour et la rue (0’24>0’40) Configuration ouverte, déplacement depuis l’extérieur vers l’intérieur de la cour (0’40>1’16) Promenade, depuis la rue (1’16>1’30) Articulation. entre la cour et la rue, passage étroit (1’30>1’43) Entrée dans la cour (1’43>1’56) Dans la cour (1’56>2’09) Passage étroit de sortie (2’09>2’20) / Sarah Bengoua, Lucie Rousset, Lucie Perrier, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2017 / 45.196240, 5.718308 / 2min 20s

 

Une Halle à deux faces / L’équipe propose de travailler sur une programmation de halle « polyvalente » avec une programmation sportive et une program- mation marchande. La halle est modulée dans sa morphologie et ses orientations selon les environnements sonores de manière à filtrer et moduler les sons intérieurs et extérieurs à l’édifice / Entrée dans la halle ouest (0’00>0’11) Traversée de la halle et du skatepark (0’11>0’32) Entrée dans le passage ouvert (0’32>0’59) Entrée dans la halle Est marché (0’59>1’23) / Alex Franz, Lucie Gianno, Chalres Grognot, Yassin Ibn Lahmar Andaloussi, Tom Tallon, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2017 / 45.197489, 5.716686 / 1min 23s

 

La place aux arbres / L’objectif de ce travail part du constat d’une absence de refuges sur la place à la fois très vaste et très exposée. La proposition implante des dispositifs « paraboliques » qui se veulent être des protections aux agressions extérieures (lumineuses, thermiques, aérauliques, sonores) autant que des « émetteurs » de sons et cela afin de créer une rupture avec l’environnement sonore alentour (route carrossable et tramway) par des effets de masque (niches pour accueillir les oiseaux, dispositifs d’eaux, morphologie englo- bante, etc.) / Entrée sur la place (0’00>0’06) Arbre 1 (0’06>0’14) Arbre 2 (0’14>0’21) Arbre 3 (0’21>0’28) Arbre 4 (0’28>0’35) Sortie vers la route (0’35>0’42) Déplacement devant et derrière un arbre (0’43>1’00) / Sandrine Robert, Alae Sayah, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2017 / 45.194593, 5.717996 / 1min 05s

 

4 – Option Design Sonore et Acoustique Architecturale (2018/2019)

Productions issues du module optionnel à destination des étudiants en master 2 de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (Equipe pédagogique : Grégoire Chelkoff, Théo Marchal)

Mots clefs : EsquisSons, Prospective sonore, Espace sonore, Acoustique Architecturale, Outils numériques, Aide à la conception, Expérience sensible, Espace, Architecture, Outils paramétriques

 

Creuser et s’étendre / Ce travail propose de modifier les façades d’un immeuble installé sur les grands boulevards à Grenoble en recréant des loggias face à la rue et des balcons/terrasses côté cour ce qui a pour effet de renforcer la dualité des orientations, mais aussi de protéger les dispositifs extérieurs qui se trouvent en confrontation directe avec les sons provenant des grands boulevards. Les aménagement de façade -que ce soit côté rue ou côté cour- sont également des- sinés de manière progressive selon la hauteur de l’habitat pour s’adapter à la proximité avec la rue / Terrasse sur coeur d’îlot – 1er étage (0’00>0’30) Terrasse sur coeur d’îlot – 10eme étage (0’30>1’00) Balcon sur rue – 9eme étage (1’02>1’52) / Salomé Bergsma, Margaux Regalia, Laura Tinas, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2018 / 45.180353, 5.709273 / 1min 52s

 

Se rassembler et s’isoler / Les étudiants ont travaillé sur des extensions de façade sous la forme de balcon en interrogeant le lien entre la position des corps, la taille des garde-corps et la taille des balcons afin de proposer un double traitement des façades. L’un d’eux propose des configurations de balcons étendus et ouverts incitant à créer des situations « conviviales » dans les usages. L’autre propose des configurations protégées et à l’échelle individuelle qui conviennent pour s’isoler de l’environnement alentour et pour s’extraire de l’espace intérieur / Dernier étage, garde-corps proche et balcon simple (0’00>0’21) Dernier étage, garde-corps éloigné balcon plus profond (0’22>0’43) Dernier étage, balcon profond proche du garde-corps (0’44>1’05) Balcon en rez-de-chaussée (1’06>1’46) Deuxième façade, balcon individuel simple (1’48>2’04) Même configuration avec des garde-corps plus hauts sur les côtés pour s’isoler du voisin (2’06>2’26) / Tiphanie Le borgne, Océane Obringer, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2018 / 45.386536, 4.282764 / 2min 26s

 

Variation de Garde-corps / Le travail de façade propose ici un dessin de garde-corps variables sur la façade qui – selon la hauteur du balcon – proposent une protection acoustique face au boulevard en contre-bas. De plus la superposition des balcons fabrique pour chacun d’entre eux une configuration loggia qui permet de se protéger un peu plus de l’extérieur (que ce soit sur le plan sonore ou climatique) / 3eme étage, balcon couvert peu profond (0’00>0’16) 3eme étage, balcon ouvert et plus profond (0’16>0’33) 10eme étage, balcon couvert peu profond (0’34>0’50) 10eme étage, balcon ouvert et plus profond (0’51>1’06) / Audrey Arnoud, Cedric Daniel, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2018 / 45.180353, 5.709273 / 1min 08s

 

Espaces tampons / Le groupe a travaillé sur un espace en façade venant se « décupler » pour offrir une pluralité d’ambiances : du séjour à la terrasse en passant par la loggia. La terrasse et la loggia sont ainsi disposées côte à côte et modulées par une « façade vitrée mobile » qui permet de se protéger de la rue ou bien d’en profiter / Écoute depuis la rue (0’00>0’16) Terrasse au 5eme étage (0’17>0’33) Terrasse au 10eme étage (0’34>1’00) Loggia au 5eme étage (1’02>1’34) Loggia au 10eme étage (1’35>2’15) / Louise Mary, Raphaëlle Ruiz, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2018 / 45.180353, 5.709273 / 2min 16s

 

Balcons modulés / Le groupe d’étudiants propose une série de tests sur la façade côté rue d’un immeuble de logement à Firminy. L’objectif est de comparer l’impact des garde-corps sur la perception sonore depuis le balcon en faisant varier le rapport hauteur profondeur de ces derniers. Ici aussi le travail abouti notamment sur une variation des dispositifs selon leur hauteur et donc selon leur distance aux émergences sonores de la rue / Balcon avec variation de profondeur (0’00>0’32) Balcon avec variation de profondeur + séparation (0’32>1’04) Balcon avec variation de profondeur + séparation + variation de hauteur des garde-corps (1’04>1’36) Balcon vec variation de profondeur + séparation + variation de hauteur des garde-corps + ajout d’une « casquette » supérieure (1’36>2’08) / William Haudin, Lucas Munoz, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2018 / 45.386536, 4.282764 / 2min 12s

 

Des balcons traversants / La proposition consiste ici à ouvrir davantage les îlots sur l’extérieur en transformant les circulations verticales déjà présentes en espaces ouverts traversants. Le projet cherche également à ouvrir les habitations sur l’extérieur en ajoutant des coursives distributives sur toutes les façades donnant sur la rue / Situation actuelle esquissée (0’00>0’45) Ouvertures Traversantes dans les circulations verticales (0’45>1’30) Création des coursives (1’30>2’14) Écoute depuis le centre de l’îlot au niveau du sol (2’14>3’00) / Samy Attari, Hugo Larroche, Lauris Nomine, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2018 / 45.179375, 5.745701 / 3min

 

Articulations de balcons / Le groupe a travaillé sur les pignons des édifices afin d’ajouter des espaces extérieurs aux habitats sans altérer les ouvertures et les expositions sonores et lumineuses actuelles. Ces dispositifs de pignons ont également comme objectif de filtrer davantage les sons qui entrent dans l’ilot afin de renforcer une sensation de protection déjà présente au centre, mais plus difficile à percevoir lorsque l’on s’approche des accès / Esquisse de la situation existante, passage entre deux immeubles de l’îlot (0’00>0’32) Esquisse de la situation existante, depuis le coeur d’îlot (0’32>1’04) Esquisse avec le dispositif de pignon/balcon, depuis le coeur d’îlot (1’04>1’36) Esquisse avec le dispositif de pignon/balcon, depuis le passage entre deux immeubles (1’36>2’00) / Andrea Giraud, Anne Louise Raharijaona, Théo Marchal, Grégoire Chelkoff / Septembre 2018 / 45.179375, 5.745701 / 2min

 

5 – La balade sonore revisitée

Productions issues d’une balade sonore proposée dans le cadre d’un séminaire scientifique du laboratoire AAU/CRESSON à Grenoble (Organisateur : Théo Marchal)

Mots clefs : EsquisSons, Prospective sonore, Espace sonore, Balade sonore, Outils numériques, Aide à la conception, Expérience sensible, Espace, Architecture, Outils paramétriques

 

Maison du tourisme / L’esquisse se trouve à l’une des entrées du centre-ville piéton de Grenoble, au croisement entre un arrêt de tramway, la maison du tourisme, un parking, des cafés et un supermarché. La transformation urbaine se résume à la suppression de la maison du tourisme pour fabriquer une place urbaine. Il en résulte notamment un mélange sonore beaucoup plus fort des deux environnements (tramway,véhicules thermiques et piétons/cafés) / Esquisse de la situation actuelle (0’00>1’30) Esquisse de la place sans la maison du tourisme (1’30>3’00) / Théo Marchal / janvier 2018 / 45.190589, 5.729099 / 3min

 

Grande Rue / L’esquisse se trouve au cœur des rues piétonnes, dans la ’grande rue’ qui regroupe la majorité des activités commerciales. La proposition de transformation est une grande verrière qui s’étend au-dessus de la rue et renferme ainsi les différents sons des activités dans un espace plus petit. La configuration (très étroite et minérale) de la rue dans son état existant confère déjà une caractéristique très réverbérante à l’espace. La transformation proposée vient ainsi la renforcer, mais surtout changer sa nature qui laisse percevoir un glissement vers les ambiances sonores des centres commerciaux fermés, et moins celles des rues piétonnes / Esquisse de la situation actuelle (0’00>1’30) Esquisse de la rue avec la couverture (1’30>3’00) / Théo Marchal / janvier 2018 / 45.192068, 5.728636 / 3min 01s

 

Place Saint André / L’esquisse se trouve sur une place, piétonne et très minérale, qui accueille différents cafés. La place ’Saint-André’ est séparée des quais de l’Isère et d’une route par le palais du parlement du Dauphiné. Dans cette configuration urbaine, nous avons fait le choix de retirer cet édifice afin d’agrandir la place et de l’ouvrir sur le contexte environnant proche (les quais), mais aussi lointain (la colline de la bastille). Il en résulte une scène sonore confuse et envahie par les sons provenant de l’axe routier. La place entièrement minérale fait office dans cette configuration d’amplificateur aux sources provenant de la route. Pour autant, il est très difficile de percevoir les sons plus lointains masqués par l’axe de circulation très proche / Esquisse de la situation actuelle (0’00>1’30) Esquisse de la place sans le palais du parlement au nord (1’30>3’00) / Théo Marchal / janvier 2018 / 45.193041, 5.728417 / 3min