Faire patrimoine / Faire projet à l’Abbaye, la Capuche et Jean Macé, trois cités grenobloises au devenir contrasté.

Résumé :

Ce projet de recherche consiste à questionner ce qui fait patrimoine dans trois cités HBM de Grenoble construites dans les années 1920-1930 : les cités de l’Abbaye, la Capuche et Jean Macé. À l’origine similaires dans leur contexte de construction, ces dernières ont connu des transformations architecturales et urbaines différentes au fil du temps. Dans le cadre de cette recherche, ce qui fait patrimoine est abordé comme un processus vivant qui sans cesse évolue, intègre des mutations, des changements, des ruptures et qui s’intéresse à la mémoire collective, aux mémoires individuelles, aux usages et aux récits de vie des personnes qui ont habité ces cités depuis des décennies. Ce qui compte c’est finalement la valeur que l’on accorde à une communauté et à leurs attaches pour faire patrimoine dans ces cités qu’ils ont  « inventées » par leurs vécus. On s’appuie alors sur l’hypothèse que ce qui fait patrimoine articule trois valeurs patrimoniales conjointes : valeur historique, valeur d’usage et valeur de renouvellement (Amphoux, 2015). Tout autant, ce travail démontre l’intérêt de penser ce qui fait patrimoine afin de penser le renouvellement urbain de ces cités par les « gènes » du lieu détenue dans la mémoire urbaine (Torres 2016, à propos de P.Geddes). En somme, c’est arriver à saisir ce qui fait patrimoine pour pouvoir penser les mutations de ces cités HBM des années 1920-1930 afin donc de faire projet.

Mots clés :

Faire patrimoine, émotion (s), attachement, habitants, méthode des itinéraires, inventaire, quotidien, cité de l’Abbaye, cité de La Capuche, cité Jean Macé, quartier populaire, reconduction photographique.