Au regard des problématiques actuelles de développement durable, la maîtrise des ambiances climatiques est un enjeu important des politiques d’aménagement urbain. De nombreux travaux de recherche et études expérimentales sont menés dans ce cadre, avec l’objectif de contribuer à une diminution des effets climatiques de l’urbanisation (dont les ilots de chaleur urbain) et à une amélioration du confort piétonnier.
D’autres réponses aux préoccupations climatiques sont apportées par des artistes, en particulier par l’intermédiaire de dispositifs microclimatiques innovants faisant l’objet de propositions d’installations ou d’expositions. Tout en s’inscrivant dans la prise de conscience générale contemporaine sur les enjeux sociaux du climat et de ses évolutions, ces dispositifs participent à la création de nouvelles esthétiques atmosphériques et ouvrent la voie à de nouvelles «sensualités urbaines», qui sont la condition d’un attachement affectif à la ville, en lui- même porteur de développement urbain durable.
Le projet de thèse s’inscrit dans cette démarche en visant le développement d’un dispositif atmosphérique interactif capable de modifier le microclimat urbain à très petite échelle.
La recherche porte en elle-même un double enjeu. Le premier enjeu concerne la possibilité d’approches nouvelles du confort thermique urbain, affranchie des visées trop déterministes (lorsque le confort piétonnier est assimilé à l’absence d’inconfort) ou totalisantes (lorsque le confort d’un piéton conduit à conditionner l’atmosphère de toute une ville).
Le second enjeu est lié aux usages, influence et potentiel des outils numériques interactifs en matière de création d’ambiances urbaines partagées.