Le CRESSON accueillera Marie Piéron mardi 15 février de 12h15 à 14h, afin de se rapprocher du domaine des neurosciences et de découvrir un projet scientifique pluridisciplinaire pour rendre la ville plus adaptée aux personnes avec autisme.
 
Marie Piéron est ingénieur de recherche au CNRS. Son travail de recherche porte sur l’étude de la perception visuelle dans les troubles du spectre de l’autisme (TSA) au moyen de tests comportementaux, de mesures oculométriques (déplacement du regard) ou électrophysiologiques. En juin 2020, elle a intégré l’équipe interaction glie-glie et glie-neurone au Centre de neuroscience intégrative et de la cognition (UMR8002 INCC, Université de Paris, CNRS) pour travailler sur la mémoire visuelle dans les TSA.  Avec Cendra Agulhon, elle a créé en 2020 le club Autisme, autres troubles du neurodéveloppement (TND) et Vision qu’elles coordonnent ensemble. Dans ce cadre, elle s’intéresse notamment à la prise en compte des particularités sensorielles des personnes avec autisme dans la ville et travaille, avec de nombreux acteurs, à la réalisation d’un livret ressource collaboratif qui servira à passer de la recherche scientifique à des réalisations concrètes d’aménagements dans la ville. Elle a reçu en 2021 le prix « jeune chercheur » décerné par l’ARAPI et le Groupement d’intérêt scientifique Autisme et TND.
  • Résumé:
L’autisme, une perception singulière de la ville
Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) sont décrits principalement en termes de troubles de la communication et des interactions sociales, de comportements stéréotypés et d’intérêts restreints. Toutefois depuis 2013, les particularités sensorielles font partie intégrante du diagnostic. Ces particularités touchent tous les sens et s’expriment avec une forme et une intensité variable d’une personne avec autisme à l’autre. Dans la vie quotidienne, ces particularités sensorielles peuvent rendre la compréhension et les déplacements en ville complexes. Les aménagements architecturaux et l’environnement bâti jouent donc un rôle important pour l’autonomie et la qualité de vie des personnes avec un TSA. Dans une démarche de science participative pluridisciplinaire rassemblant des chercheurs en neurosciences, des cliniciens, des personnes avec autisme, des architectes, des urbanistes et des représentants des collectivités territoriales, nous constituons un livret ressource pour identifier comment rendre la ville plus adaptée aux spécificités sensorielles des personnes avec autisme. Le croisement des regards et la complémentarité des expertises est un élément essentiel dans ce projet. Ce livret permettra aux collectivités territoriales de procéder à une évaluation sensorielle puis à des aménagements de l’espace urbain (ville apaisée, jardin sensoriel, espace calme, signalétique adaptée…).