B-AIR : l’Art Infini de la Radio est un projet de recherche-action financé par l’Agence Exécutive Education, Audiovisuel et Culture (EACEA – Europe Créative) et rassemble des partenaires internationaux universitaires et des partenaires issus de l’industrie des arts radiophoniques et des arts sonores. Le sujet général de l’action est de proposer de nouveaux outils théoriques, méthodologiques et pratiques permettant de favoriser une création sonore vers des publics plus vulnérables (très jeunes enfants, personnes en situation de handicap, personnes âgées et ou malades). Cette recherche-action s’est donnée trois objectifs

  • Proposer une série d’activités qui articulent arts et sciences et initient ainsi de nouvelles méthodes de travail entre artistes et scientifiques pour proposer des réponses à des grandes questions de sociétés.
  • Créer une plateforme multimédia dédiée aux arts sonores, radiophoniques, aux paysages sonores et aux ambiances sonores qui permettent à la fois une très large diffusion de ses contenus mais aussi qui propose de nouveaux outils de création.
  • De proposer une série d’actions pour diffuser et valoriser ses contenus auprès de nouveaux publics intéressés par la création sonore, des plus jeunes, depuis la naissance, jusqu’aux groupes vulnérables de nos sociétés quel que soit leur âge.

Si le sonore et l’ambiance sont si étroitement liés, c’est parce qu’ils remettent tous deux en question l’idée d’une distinction claire entre celui qui perçoit et ce qui est perçu, le sujet et l’objet, l’intérieur et l’extérieur, l’individu et le monde. Au lieu de s’appuyer sur un mode de pensée dualiste et substantialiste, ils ouvrent une alternative à une ontologie de la chose et une attention au médium et aux flux impliqués dans l’expérience sensorielle quotidienne. Ces perspectives permettent d’aborder la notion d’ambiance en révélant certaines de ses principales caractéristiques : l’accent mis sur la perception plutôt que sur le sens ; le rôle crucial de la résonance et de la tonalité affective ; l’importance de la dynamique interne, des gestes quotidiens et des formes de vie sociale ; le phénomène de coalescence qui unifie les diverses composantes d’une situation ; l’articulation entre le spatial, le social et le physique. En d’autres termes, le présent projet de recherche vise à explorer les ambiances urbaines à travers les sons, en utilisant principalement la notion d’Effet Sonore à la fois pour la description et la création. Que peut-on apprendre d’une ambiance quand on l’écoute ? En d’autres termes, comment le monde sonne-t-il ?

Concrètement les actions mises en œuvre par notre équipe consisteront en quatre séminaires-workshops de 3 à 5 jours, mêlant travaux théoriques et expérimentations sonores en impliquant divers partenaires :

  • Janvier 2021 : Grenoble (FR) et Volos (GR) : Winterschool :

« Comment sonne le monde ? Les communs de la perception »

  • Septembre 2021 : Portbou (SP): Séminaire Walter Benjamin :

«  Comment sonne le monde ? Les dimensions temporelles de la perception »

  • Janvier 2022 : Volos (GR): Winterschool :

«  Comment sonne le monde ? Les dimensions culturelles de l’écoute »

  • Automne 2022 : Grenoble (FR) et Turin (IT):

«  Comment sonne le monde ? Composition et environnement sonore »

 

Pays engagés : Slovénie, France, Croatie, Serbie, Finlande, Grèce, Bosnie-Herzégovine

Partenaires : BAZAART (RS), AAU_Cresson / Ecole d’Architecture de Grenoble (FR), Institut Jožef Stefan (SI), ITA-Suomen Yliopisto (FI), Javna medijska ustanova Radio – televizija Srbije (RS), Radioteatar Bajsic i prijatelji (HR), Twixtlab AMKE (EL), Visokoskolska ustanova internacionalni burc univerzitet-International Burch University (BA)

Equipe AAU-Cresson : Nicolas Rémy et Nicolas Tixier (resp.) avec Jean-Paul Thibaud, Evangelia Paxinou, Giuseppe Gavazza, juL McOisans, David Argoud, Françoise Acquier, Théo Marchal & Sébastien de Pertat.